• *Si le grain ne meurt...*

     


    Le processus de la mutation se met en route dès l’instant où je l’accepte. 


    Tout comme le grain de blé qui accepte de quitter son petit bonheur de grenier. Il y est heureux, certes : on est ensemble avec d’autres grains, il fait bon, pas trop froid ni trop chaud, tout est parfait. 
    Que voulons-nous de plus que le bonheur de la santé, de la réussite, de l’aisance ? Tout va bien ! Mais ce ne sont que des petits bonheurs quand même et de surcroît, si on en reste là, ils nous font rater la vie, car tel n’est pas son sens… Dieu ne nous a pas du tout créés que pour cela !


    Mais voilà donc que le grain de blé est chargé avec un tas d’autres sur une charrette, à la recherche d’autres bonheurs. 
    Pour lui tout est nouveau, du jamais vu, sa soif d’inédit est comblée : un soleil resplendissant, le ciel bleu, des arbres avec des oiseaux, des fleurs… A chaque tour de roue il y a du changement, la vie est belle, toute morosité des petits bonheurs a maintenant disparu ! La gratitude l’envahit, Dieu est bon ! 
    Mais à quoi bon…puisque ce pour quoi il est créé ne se réalise pas ? Il est toujours grain de blé, il n’a pas été transformé ! Au milieu des bonheurs sa vie n’est qu’un échec !


    La charrette arrive enfin sur la terre fraîchement labourée. Le semeur enfonce le grain dans la profondeur du sol. 
    C’est l’épreuve inattendue : l’humidité le pénètre jusqu’aux tréfonds, il est transi de froid et tombe dans la ténèbre ; dépression et maladie, rien ne va plus : il se désagrège, se décompose et va mourir… 
    Même sa foi merveilleuse en Dieu tombe en poussière, car il dit en lui-même ce qu’il a si souvent entendu dans sa vie : « Si Dieu existait, cela ne m’arriverait pas ! »


    Mais l’hiver passe, comme tout hiver, et acceptant finalement de se laisser enfouir par l’épreuve incompréhensible, s’abandonnant totalement à cet humus fertile, il commence à être visité, au sein même de son tombeau, par une poussée étrange. 
    La Vie, une Vie tout à fait autre se met à germer au coeur de son consentement. Il sent qu’il va passer sur l’autre rive à mesure qu’il n’offre plus de résistance à ce qui se passe en lui. 
    Bien plus : découvrant peu à peu que Quelqu’un était à l’œuvre derrière tout cela, le grain de blé arrive même à dire « Oui » à ce qui lui advient, à devenir un avec la terre et l’épreuve qu’elle lui impose. Il a l’impression d’épouser le vent, en quelque sorte, et d’être accordé à une Volonté supérieure. 
    Une sagesse inconnue pénètre alors en lui et il se surprend à chanter, parfois, et de plus en plus souvent il bénit ce qui lui est contraire. Chaque fois qu’il fait cela, il meurt un peu plus à lui-même, à tous ses faux préjugés sur le bonheur, et constate qu’une sorte de plénitude monte en lui. 


    Un jour de printemps, alors que tout son être n’est plus que chant et action de grâce au milieu de cette nuit au fond de la terre, son étonnante plénitude fait une percée. Elle monte jusque par-dessus la terre, elle surmonte tous les obstacles et porte au grand espace son fruit : cent pour un ! 


    Le grain de blé s’est transformé en épi. Il a compris maintenant pour quoi il existait et où se trouvait cette joie que personne ne pourrait plus lui ravir.



                            Père Alphonse GOETTMANN  

                  (homélie sur la parabole biblique du semeur)
      


    undefined


    Le père Alphonse GOETTMANN et son épouse Rachel ont fondé à Gorze, près de Metz, en Lorraine, le centre Béthanie, ouvert aux croyants de toutes confessions, aux agnostiques, aux athées. Si vous souhaitez en savoir plus sur leurs activités, cliquez sur le nom du centre, vous serez redirigé vers leur site. J'ai eu l'occasion de m'y rendre à plusieurs reprises (pour des séminaires, des chantiers, des conférences, pour assister à la liturgie orthodoxe qu'ils célèbrent ...) . Je peux vous assurer que vous y serez toujours accueilli chaleureusement, même à l'impromptu, et dans une grande ouverture d'esprit, quel que soit votre parcours (le mien est plutôt sinueux et atypique...). 

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Mars 2008 à 09:58
    bienvenue dans ma petite communauté ;-) a très bientôt!
    2
    Samedi 8 Mars 2008 à 10:17
    Très beau texte! Bon WE
    3
    Samedi 8 Mars 2008 à 13:28
    Très joli texte :) Bon après-midi Ptitsa.
    4
    Samedi 8 Mars 2008 à 14:15
    si difficile parfois d'accepter des "petites morts" des moments d'incompréhension pour pouvoir revivre ou vivre autrement....
    5
    Samedi 8 Mars 2008 à 15:36
    Bon samedi bises!
    6
    Samedi 8 Mars 2008 à 16:03
    Je ne m'attendais pas à ce que ce texte si dense vous plaise autant... Du coup, j'ai rajouté un petit paragraphe avec un lien vers le site de son auteur, si vous avez envie d'en savoir plus ou d'en lire d'autres. ; )
    7
    Dimanche 9 Mars 2008 à 09:25
    Résultats du concours du plus beau blog chez Annak : http://aurendezvous.over-blog.net/article-17490698.html Merci pour tes votes
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :