• Quand la vie écrit des histoires encore plus belles que les miennes

    Parfois, la vie écrit des histoires encore plus belles que toutes celles que je pourrais inventer (et pourtant, vous connaissez l'étendue de mon imagination !). Voici la dernière :

     Il y a quelque temps, j'ai offert à une amie mes deux livres " Le coquelicot qui se sentait tout seul " et " Plus seul du tout ". Peu après cet envoi, elle m'écrit : 

     

    Quand la vie écrit des histoires encore plus belles que les miennes                 Quand la vie écrit des histoires encore plus belles que les miennes

     

    "J'ai aimé tes deux livres. Je vais les offrir à quelqu'un. Quand je vais au travail, je croise des tas d'enfants, sac au dos, un grand sourire aux lèvres, qui se rendent à l'école ensemble. Parmi ces enfants, j'ai remarqué une petite fille, toujours seule, à vélo. Elle ne sourit pas. C'est à elle que je vais offrir ton Coquelicot".

     

    Hier, cette même amie m'écrit de nouveau : 

     

    "Ce matin sur le chemin de l'école (ou du bureau), j'ai rencontré la "petite fille qui ne souriait pas", je lui ai parlé, je lui ai donné ton livre. Elle n'a pas dit un mot, je crois, mais elle m'a fait un joli sourire en mettant le livre dans son sac à dos ; puis j'ai poussé le vélo de la "petite fille avec un sourire éclatant" pour qu'elle reprenne de l'élan dans la côte en lui souhaitant une bonne journée ... Cette histoire aura aussi, je crois, une suite ..."

     

    Ce que j'aime plus que tout dans cette histoire, c'est qu'il s'agit d'une histoire vraie tirée de la vraie vie. Pas une fiction porteuse d'un joli message moral, créée de toute pièces pour les besoins d'une philosophie positive et positivante, un conte à l'eau de rose façon série américaine, dégoulinant de bons sentiments et de musique qui vous alpague les tripes pour vous faire verser la larmichette de circonstance.

     

    Non, c'est juste une scène ordinaire de la vie extraordinaire (ou l'inverse), l'apparition d'une de ces héroïnes du quotidien dont je vous parlais dans cet autre post, qui est redevenue, juste après, sans spectacle, "Madame tout le monde" en route pour son travail, soleil caché parmi d'autres soleils.

     

    C'est parce qu'il y a des gens comme ça que je continue à écrire, à créer, à souffler mes bulles d'évasion et mes petites minutes d'air respirable sur ce monde qui s'étouffe dans son incohérence.

     

     Merci Adi de croire avec moi à la douceur fragile et au rouge généreux des coquelicots, dans ce monde où pleuvent les insultes, les crachats, et même, parfois, les bombes.

     

     


  • Commentaires

    1
    Adi
    Mardi 15 Décembre 2015 à 09:05

    que dire ?  ... sinon merci la vie oops ... et Sylvie smile

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :