• Le gardien de ce qui n'existe pas encore

    hiver--Copier-.JPG

      (c) Ptitsa 

     

     

     

    "Il marchait avec lenteur, absorbé par la réalisation de ses projets, précédé de son bâton de nuit. 

    Il visita ainsi les oeuvres abandonnées par ses frères, les retourna de fond en comble, en chassa les ornements puis, lorsqu'il eut arpenté son domaine, il s'assit au pied d'un grand tilleul solitaire, sur le sommet d'une colline, distribua les tours de garde parmi sa meute de renards blancs et demeura longtemps immobile avant de saluer sa mère.

     

    - Madame, dit-il en mesurant ses paroles, je viens avec des intentions de paix et de repos. L'heure des jeux fous et des conquêtes joyeuses, sous les feux du ciel illuminé, est achevée. J'apporte le ravage nécessaire du froid sans lequel mes frères ne reparaîtront pas. Ils ont dévoré leur vie, brûlé leurs énergies. Il m'appartient de les reconstituer. Mais aujourd'hui, la seule chaleur subsiste au fond des germes, dans la douceur des contraires réconcilés. C'est là qu'il faut descendre se réchauffer. C'est au magasin de ma blancheur qu'on trouvera provision de toutes les couleurs.

     

    Une flamme émue rougissait son visage et disparaissait sous l'épaisseur de son manteau de glace. Ses mains s'attardèrent sur les lourds plis de drap qui s'entrouvrirent avec un grincement de vieille armoire. 

     

    - Vous étiez attendue!, murmura-t-il.

     

    Une caverne profonde habitait l'intérieur d'Hiver et une cacophonie rieuse invita la Terre à descendre. Ce qu'elle découvrit la saisit d'étonnement.

    Tous les animaux, toutes les plantes chassés par le froid avaient trouvé refuge ici et se mêlaient parmi des roches transparentes, dans une société où il n'y avait plus ni prédateurs, ni proies.

     

    - Madame, je vous présente mes petits protégés, expliqua Hiver à sa mère. Ce sont les étincelles de ma nuit.

     

    Ses yeux profonds brillaient dans la pénombre qui enveloppait ses songes et il ajouta, d'une voix où rayonnait l'espérance :

     

    - Je suis le gardien de ce qui n'existe pas encore."

     

     

     

    61Q552BV0DL__SL500_.jpg

     

     

     

    Un récit somptueux dont j'ai savouré chaque phrase et découvert l'auteur. Je possède de nombreux titres de cette collection dont chaque volume est un petit bijou de prose et d'illustration...
     
     

  • Commentaires

    1
    Dimanche 23 Décembre 2012 à 18:08

    ce doit être beau et intéressant

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Dimanche 23 Décembre 2012 à 22:22

    C'est vrai que c,est beau.

    "Joyeux Noël Ptitsa"

    amicalement.

    3
    Kri
    Lundi 24 Décembre 2012 à 08:51

    Je note ces références ... je ne lis plus beaucoup depuis un petit temps mais c'est cyclique chez moi

    Très bon Noël

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :