• L'oiseau qui osa dire "oui" (conte maori)





                        J'ai aimé cette histoire... ses sonorités, ses héros, sa morale... Je vous la fais partager.



    Un jour, Täne Mahuta marchait à travers la forêt.
    Il regardait ses enfants les arbres s’élever vers le ciel et il remarqua qu’ils commençaient à être malades, des insectes les mangeaient.
    Il parla à son frère, Täne Hokahoka, qui appela tout ses enfants les oiseaux. Tane Mahuta leur parla :

    « Quelque chose mange mes enfants, les arbres. J’ai besoin que l’un de vous descende de la cime des arbres et vive sur le sol, alors mes enfants seront sauvés et votre maison aussi. Qui viendra ? »

    Tout était silencieux et aucun oiseau ne parlait.
    Täne Hokahoka se tourna vers Tui :

    « E Tui, descendras-tu de la cime des arbres ?»

    Tui regarda vers la cime des arbres et vit le soleil filtrer entre les feuilles. Tui regarda vers le sol sombre et froid et frissonna.

    « Kao, Täne Hokahoka, il y fait trop noir et je suis effrayé par le noir. »

    Tout était silencieux et aucun oiseau ne parlait.
    Täne Hokahoka se tourna vers Pükeko :

    « Pükeko, descendras-tu de la cime des arbres ?»

    Pükeko regarda vers la cime des arbres et vit le soleil filtrer entre les feuilles. Pükeko regarda vers le sol froid et humide et frissonna.

    «  Kao, Täne Hokahoka, c’est trop humide et je ne veux pas me mouiller les pattes. »

    Tout était silencieux et aucun oiseau ne parlait.
    Täne Hokahoka se tourna vers Pipiwharauroa :

    « Pipiwharauroa, descendras-tu de la cime des arbres ?»

    Pipiwharauroa regarda vers la cime des arbres et vit le soleil filtrer entre les feuilles. Pipiwharauroa regarda autour de lui et vit sa famille.

    « Kao, Täne Hokahoka, car je suis occupé en ce moment à construire mon nid. »
     
    Tout était silencieux et aucun oiseau ne parlait.
    Grande était la tristesse dans le cœur de Täne Hokahoka, car il savait que si aucun de ses enfants ne descendait de la cime des arbres, non seulement son frère perdrait ses propres enfants, les arbres, mais les oiseaux n’auraient plus de maison.

    Täne Hokahoka se tourna vers Kiwi :

    « E Kiwi, descendras-tu de la cime des arbres ?»

    Kiwi regarda vers la cime des arbres et vit le soleil filtrer entre les feuilles. Kiwi regarda autour de lui et vit sa famille. Kiwi regarda la terre froide et humide. Il regarda une fois de plus autour de lui, se tourna vers Täne Hokahoka et dit :

    « J’irai. »

    Grande fut la joie dans les cœurs de Täne Hokahoka et Täne Mahuta, car ce petit oiseau leur donnait de l’espoir. Mais Täne Mahuta sentit qu’il devait prévenir Kiwi de ce qui allait arriver.

    « E Kiwi, est-ce que tu réalises que, si tu fais ça, tu devras avoir des jambes fortes et épaisses pour pouvoir découper les bûches et marcher sur le sol, tu perdras tes magnifiques plumes colorées et tes ailes, tu ne pourras plus jamais retourner sur la cime des arbres et tu ne verras plus jamais la lumière du jour. »

    Tout était silencieux, aucun oiseau ne parlait.

    Kiwi regarda une dernière fois le soleil filtrer à travers les feuilles et lui dit un adieu silencieux. Kiwi regarda les autres oiseaux et leurs plumes colorées et leurs dit un adieu silencieux. Il regarda autour de lui encore une fois et se tourna vers Täne Hokahoka et dit :

    « J’irai. »
    Alors Täne Hokahoka se tourna vers les autres oiseaux et dit :

    « Tui, parce que tu étais effrayé pour descendre de la cime des arbres, à partir de maintenant tu porteras deux plumes blanches à la gorge comme marque de ta couardise.
    Pukeko, puisque tu ne voulais pas avoir tes pieds mouillés, tu vivras pour toujours dans les marais.
    Pipiwharauroa, parce tu étais trop occupé à construire ton nid, à partir de maintenant, tu ne construiras plus jamais un autre nid, mais tu déposeras tes œufs dans les nids des autres.
    Mais toi Kiwi, par ton grand sacrifice tu deviendras le plus connu et le plus aimé de tous les oiseaux. »


                                                                 Traduit par  :
    Thomas





     


    Photo Marie et David

       


  • Commentaires

    1
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 08:15

    Très beau conte...tel que je les aime
     Bonne journée!

    2
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 09:38
    Je l'aurais parié ! ;)
    3
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 09:50
    Un très joli conte !
    Je pars cet après-midi, alors j'en profite pour passer chez les ami(e)s...
    Bisous et à bientôt
    4
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 09:53
    Hi hi ! J'étais pile en train d'ouvrir ta page d'accueil ! Je te croyais déjà partie... ;)
    5
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 12:21
    Lorsqu'on sait les écouter les oiseaux nous raccontent de belles histoire celle-ci en est encore une preuve
    Image hébergée par servimg.com
    6
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 14:11
    Quoi de mieux, pour moi, qui fait de mon métier le thème de ton blog..la nature, les fleurs, la graine...très beau blog
    7
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 17:51
    Bonjour ptitsa,ce conte est bien beau.
    merci de tes beaux commentaires,tu es bien gentille.
    je crois que ta grand-mère est bien au paradis.
    Pour l'amitié tu as raison c,est au jour le jour.Il me semble que dans le diapo à la fin,on le dit car on dit que la semaine de l'amitié se fait chaque jour,quelque chose comme ça.
    J'ai pensé connaître l'amitié mais je m'étais trompée.Maintenant je la connais tout à fait spécialement.
    bye ptitsa et bises.
    8
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 20:02
    Belle histoire en effet...

    Bonne soirée Ptitsa
    Bises
    9
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 20:18
    Comme cette histoire est belle, j'adore les contes et les fables.
    Cela m'a fait pensé à mon Kiwi qui est maintenant surement le plus bel oiseau du monde au paradis des oiseaux.
    Merci de nous avoir conter ce récit.
    J'ai eu beau cherché, je n'ai pas trouvé sous quel nom tu m'as nommé lol...
    je te fais plein de bisous et te souhaite une excellente soirée
    chantal
    10
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 20:23
    Très beau ce poème ! Qu'ajouter de plus ? C'est en allant sur le blog de Nadia-vraie que j'ai connu Graines d'Espérance et Bienvenue au monde : magnifiques blog ! Si bien fait ! Comme je l'ai dis à Nadia, ça m'a donné envie de me lancer, et depuis je publie quelques photos... Je suis de tout coeur avec vous pour votre grand-mère. Sincèrement. A bientôt 
    11
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 20:44
    merci pour la belle histoire.
    Bonne soirée.
    Gérard
    12
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 22:31
    Ce n'est pas un petit colibri qui dira le contraire... ;)
    13
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 22:33
    Merci d'avoir pris le temps de revenir me témoigner ton amitié ici, Nadia... et je suis sûre que tu ne le feras pas seulement le 29 juillet ! :)
    14
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 22:35
    Heureuse de te revoir par ici, Maître ! ;)
    15
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 22:37
    Je t'offre volontiers une belle histoire en échange des émerveillements inépuisables que je trouve chaque fois dans tes photos, Gérard... :)
    16
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 22:40
    Tu as un merveilleux métier, alors !  :)
    17
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 22:42
    Merci, Perledeloise ! Décidément, j'ai beaucoup d'amis chers dans ta région... Veux-tu être  aussi perledeloiseau ? :)
    18
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 23:46
    Je n'ai pas trouvé dans quel commentaire tu expliquais tes soucis chez Charly, Lauren... j'espère que ce n'est rien de grave.
    Placer le kiwi au scrabble, oui, un vrai challenge ! Merci de me (nous) faire partager le résultat de tes recherches sur ce petit oiseau. Je connaissais mieux le fruit que le volatile, pour ma part, et j'ignorais qu'il était en voie de disparition... Tu as raison, c'est un juste retour des choses !... 
    A quand tu veux. J'espère que tes soucis se dissiperont vite... :)
    19
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 23:49
    Je pense que le paradis, s'il y en a un, est ouvert aux animaux autant qu'aux êtres humains, alors tu devrais y  retrouver ton petit kiwi, - il ne sera pas embastillé dans un paradis "spécial oiseaux" par Son créateur !
    Je t'ai rentrée dans la blogothèque sous le nom "La Terre vue du coeur" car je crois que c'est ainsi que tu la regardes, la (d)écris, la photographies... si je me trompe, dis-le moi, je trouverai autre chose ! ;)
    20
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 23:55
    Bonjour Nani, merci pour ce commentaire, et merci à Nadia de t'avoir indiqué le chemin jusqu'ici... Si tu aimes les photos, une partie des miennes se trouve sur un autre blog, "La Terre vue du sol" (http://terresol.over-blog.com).
    Je vais tout de suite me rendre sur le tien pour le découvrir. A quand il te plaira de revenir... :)
    21
    Jeudi 31 Juillet 2008 à 10:10
    je viens de prendre le temps de lire cette merveilleuse histoire... qu'il en faut du courage, parfois, pour se lancer vers l'inconnu... et c'est en regardant "ses frères", que le courage vient! Merci pour ce joli conte!!
    Bisous TitColibri
    22
    Jeudi 31 Juillet 2008 à 10:12
    Flap ... l'oiseau se pose ... c'est une belle histoire d'oiseau que voilà ... merci aussi pour le tableau de liens qui m'a permis de réaliser des visites magnifiques !!!

    23
    Jeudi 31 Juillet 2008 à 10:14
    Très jolie histoire
    bises pour toi
    Lili
    24
    Jeudi 31 Juillet 2008 à 10:40
    Les contes sont pleins d'enseignements cachés...
    Si les frères de cet oiseau avaient été aussi courageux que lui, il n'aurait pas eu l'occasion de prouver sa vraie valeur... :)
    25
    Jeudi 31 Juillet 2008 à 10:41
    Merci Lili ! Il faut que je passe chez toi, ça fait un moment que je ne suis pas venue te lire... :)
    26
    Jeudi 31 Juillet 2008 à 10:44
    Flap, pose toi partout où il te plaît dans mon jardin, mon cousin des cimes... je suis si heureuse chaque fois que je vois que tu es resté un peu là !
    Oui, la blogothèque ouvre les portes d'horizons fabuleux, de passionnants voyages... vole sous leurs latitudes autant que tu le souhaites, je te les recommande ! :)
    27
    Jeudi 13 Mai 2010 à 09:25

    Un très beau conte...

     Bon jeudi Ptitsa!

    28
    Jeudi 13 Mai 2010 à 10:38

    l'histoire est magnifique! je la raconterai autour de moi...

    belle journée

    29
    Vendredi 14 Mai 2010 à 20:48

    Jolie histoire mais, malheureusement, le kiwi n'est pas le plus beau ni le plus aimé de tous les oiseaux.

    30
    Dimanche 20 Juin 2010 à 02:40

    Il l'est au moins en tant que fruit ! ;-)

    31
    Dimanche 20 Juin 2010 à 02:43

    J'aime bien les contes... et leur fausse naïveté. ;-)

    32
    Dimanche 20 Juin 2010 à 02:43

    Chapeau si tu y arrives ! Elle est longue à mémoriser !

    33
    perledeloise
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 09:43
    bonjour! joli chemin de ton jardin! de quoi se lever du bon pied! bonne journée!
    34
    Lauren
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 09:43
    C'est un peu tard que j'arrive sur ton blog ; quelques soucis expliqués chez Charly.
    C'est une bien belle légende qui donne à réfléchir sur la peur et la lâcheté.
    Je me suis un peu documentée sur le Kiwi, oiseau que je ne connaissais que par le Scrabble (ça peut rapporter gros encore faut-il le placer) et j'ai vu que c'était l'emblême de la Nouvelle Zélande, que c'était une espèce menacée d'extinction et que sa survie ne dépend que de la volonté des hommes.
    A charge de revanche donc.
    A bientôt
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :