• L'homme aux semelles de vent





    Un texte dont les accents vous sembleront peut-être familiers...
    Si vous ne retrouvez pas les mots du poème d'origine, il est 
    ici, chez Laurent, un Carolo comme son auteur...




    C'est un trou de verdure où vague un promeneur
    Accrochant follement aux choses son regard d'enfant
    Eclaboussant les lieux d'un rire tout intérieur
    Et n'y laissant de lui qu'un silence tout bruissant.


    Un homme jeune d'esprit, aux cheveux blé bruni
    Et la nuque barrée d'une sangle en oblique
    Va ; il porte en bandoulière, bien serré contre lui
    Son ami de toujours, son troisième oeil magique.


    Les pieds légers et vifs, il va. Souriant comme
    Sourient seuls les visionnaires, il crée sa beauté d'homme.
    Monde, enveloppe-le tendrement : son art te déploie.


    Ses images te rendent grâce d'un élan unanime
    Et tel un grand soleil, son coeur dans sa poitrine
    Palpite, guidant son objectif infailliblement droit.





                                         S'il pose ici ses semelles de vent, il se reconnaîtra.
    Il vous indiquera le chemin de chez lui pour mettre vos pas dans les siens... 
    s'il le souhaite.




  • Commentaires

    1
    Lu
    Dimanche 14 Septembre 2008 à 11:30
    Salut,
    Bonne fin de weekend.
    2
    Dimanche 14 Septembre 2008 à 13:32
    bel écrit !!
    bon dimanche à toi .
    amitiés.
    tony
    3
    Dimanche 14 Septembre 2008 à 18:04
    Bises du dimanche !!!
    Bonnes vacances!
    4
    Dimanche 14 Septembre 2008 à 22:00
    Photobucket Guerre des Bisous !
    Tu viens de recevoir un gros bisou
     Muuuuahhhh!
     Tout ce que tu dois faire pour continuer cette guerre des bisous
    C’ est envoyer ce gros bisou à tous tes Amis y compris celui qui te l'a envoyé.
    5
    Dimanche 14 Septembre 2008 à 23:08
    Que dire... je suis très touché par ce texte qui me va droit au coeur. Mes yeux d'enfant brillent de mille feu et les mots lu et relu me donnent encore plus de courage à continuer à créer et prendre inlassablement la beauté de ce qui m'entoure.
    Merci, cent fois merci, mille merci, une infinité de merci ;-)
    Je ne pouvais imaginer si beau cadeau pour les presque 1 an de mon blog que je fêterai dimanche 21 septembre. Venez tous y laisser votre trace ce jour là, je vous invite avec joie à vous y exprimer... commentaires, critiques, poèmes, tout y sera accueilli avec joie :-)
    6
    Lundi 15 Septembre 2008 à 06:39
    Charleville Mézière à eu Rimbaut et nous, nous avons le bonheur de croiser dans ton jardin la plume agréable de notre Ptitsa... la seconde n'ayant parfois rien à envier au premier !
    Gros bisous ma belle,

    Syl
    7
    Lundi 15 Septembre 2008 à 08:20
    hummm, l'homme aux semelles de vent...
    8
    Lundi 15 Septembre 2008 à 12:05
    Dans le poème de Rimbaud la chute est terrible, le contraste entre tous les vers et ce dernier : "il a deux trous rouges au côté droit" c'est une Nouvelle courte et parfaite.
    9
    Lundi 15 Septembre 2008 à 17:14
    Quel bel hommage tu rends là à cette personne p'titesa...
    c'est joliment écrit, dis donc...
    j'aime bien les textes comme celui là...
    alors, je te salue, j'espère que tu vas bien, bise...
    10
    Mardi 16 Septembre 2008 à 21:40
    Un sonnet digne de Rimbaud !
    Bonnes vcances, Ptitsa !
    11
    Mercredi 17 Septembre 2008 à 17:52
    Où, le cache-tu, ton beau visionnaire blond, Ptisa ? Seigneur, que voilé du rêve, bon à prendre..
     Bisous, bisous     Nettoue
    12
    Mercredi 17 Septembre 2008 à 19:34
    J'aime beaucoup et la photo avec les petites fleurs est très belle
    13
    Vendredi 19 Septembre 2008 à 14:47

    Encore merci pour ton cadeau
    Je l'ai rangé dans mon module "cadeaux reçus" , catégorie que tu peux retrouver à tout moment en page"article"
    http://aurendezvous.over-blog.net/pages/Merci_Ptitsa-717789.html

    14
    Vendredi 19 Septembre 2008 à 18:29
    Merci pour le lien
    T'envoyant de gros bisoux
    Amitiés
    Lolo
    15
    Vendredi 19 Septembre 2008 à 20:05

    Toujours de beaux textes chez toi Ptitsa !

    Bon séjour....

    16
    Vendredi 19 Septembre 2008 à 22:08
    j'aime...............
    17
    Samedi 20 Septembre 2008 à 00:35
    Un besoin d'espérance qui m'a attiré par dans ce petit coin où les mots prennent une couleur émeraude... l'espoir de retrouver mes semelles de vent... poursuis bien, ça aide!
    18
    Vendredi 26 Septembre 2008 à 08:23
    Je connaissais l'original mais ton texte est très beau.
    L'oeil du photographe nous fait découvrir des choses qu'on ne voit plus comme avant...
    Bisous
    19
    Samedi 27 Septembre 2008 à 00:31
    Merci d'avoir publié le poème chez toi exprès, mon ptit lion bleu... ;)
    20
    Samedi 27 Septembre 2008 à 01:05
    Alors j'espère seulement que l'hommage que j'ai préparé pour toi te plaira tout autant, Pierrot...
    21
    Samedi 27 Septembre 2008 à 01:09
    Pas facile d'être à la hauteur de deux pointures comme celles-là, l'homme aux semelles de vent littéraire et sa réincarnation en blogueur... j'ai fait de mon mieux ! :)
    22
    Samedi 27 Septembre 2008 à 01:11
    Tu as raison, Charline. J'ai étudié ce poème à l'école et j'ai essayé de garder cette progression vers la révélation finale, même si le coup de théâtre est certainement moins abrupt chez moi... ;)
    23
    Samedi 27 Septembre 2008 à 01:20
    Je ne le cache pas, il vous a laissé son adresse dans un commentaire que je n'ai pas encore publié car je n'ai pas fini de répondre à tous... mais je vous la redonnerai dans l'article qui annoncera mon retour, le 30 septembre. Et j'espère que  vous serez  nombreux à aller lui rendre visite, car je trouve que son blog le mérite... :)
    24
    Samedi 27 Septembre 2008 à 08:52
    Merci Kri ! Je vais suivre le lien et j'en profiterai pour regarder toutes les publications que j'ai manquées chez toi pendant mes vacances... ;)
    25
    Dimanche 28 Septembre 2008 à 00:10
    Que d'honneurs !!!
    J'en rougis, moi simple et humble voyageur aux semelles de vent (comme tu m'a si joliment nommé), virevoltant de mots en mots et de photo en photo au grés des courants aériens soufflés par les muses et Eole lui-même.
    Merci encore Oiseau-Ptitsa de venir danser dans les airs du Territoire Infini et merci pour tout tes mots tout doux ;-)
    26
    Dimanche 28 Septembre 2008 à 17:23
    Si j'ai su te toucher avec mes mots autant que tu me touches avec les tiens (et avec tes images), je suis mieux récompensée que par "une infinité de mercis" ... et voir que tu avais transplanté cette graine chez toi pour l'anniversaire de ton blog fut un cadeau aussi inattendu qu'émouvant à mon retour de vacances, homme aux semelles de vent ;).
    Le reste, je te l'ai déjà dit et je continuerai à te le dire chaque jour, chez toi...
    27
    Dimanche 28 Septembre 2008 à 17:28
    Ne rougis pas, ne me remercie pas... continue à créer, à regarder, à rêver, à nous faire partager ta vision du monde... et si un jour tu sentais refroidir ton feu sacré, appelle l'oiseau pour qu'il tente de t'aider à raviver en toi la flamme.
    Le vent qui porte tes pas est le même que celui qui soutient mes vols.
    "Le vent souffle où il veut, et nul ne sait ni d'où il vient, ni où il va..."  ;)
    28
    Dimanche 28 Septembre 2008 à 17:32
    Et celui de ce photographe-ci le fait, pour moi, tout particulièrement. Il a une façon de rendre extraordinaire l'ordinaire qui me ravit, peut-être parce que je fais la même chose, même si je ne sais pas toujours le dire en photo... :)
    29
    Dimanche 28 Septembre 2008 à 17:38
    C'est toi qui m'avais fait redécouvrir ce poète, en particulier en me faisant lire "Rainbow pour Rimbaud" de J. Teulé, tu te souviens ? ;)
    Nous avons tant voyagé toutes les deux sur les bateaux ivres de l'imaginaire ... je suis ravie de t'avoir donné, aujourd'hui, cette illumination. ;)
    30
    Jeudi 2 Octobre 2008 à 22:15
    Je poursuis, je poursuis... et si tes semelles s'allègent quand tu passes ici, si ta vie perd en plomb et gagne en émeraude, reviens ! :)
    31
    Lundi 13 Octobre 2008 à 07:52
    très beau texte
    32
    Lundi 13 Octobre 2008 à 09:48

    Je n'aurais jamais pu l'écrire si les images de l'homme aux semelles de vent ne me l'avaient pas inspiré... ;)

    33
    ouromimi
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 09:41
    coucou, après une longue absence, je redécouvre le sentier de ton jardin et je tombe sur ça !quel bonheur ! je retrouve mes 15 ans et mon auteur préféré caché sous tes mots.merci...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :