•   

    Je voulais pour nous deux bien mieux qu'une croyance
    Alors je t'ai trouvé une sorte d'église
    Dont les murs ne sont pas couverts de faïence, ni de marbre
    Les vitraux je les brise, les piliers sont des arbres

     

    L'autel est un rocher tapissé de lichen
    On n'y parle ni pardon ni péché
    On n'y fait pas commerce de douleur et de peine
    On n'y adore ni Dieu ni Diable
    Mais la beauté des corps
    Et le sort qui a mis ton amour dans mes veines

     

    Je nous veux sans frontière sans limite et sans loi
    Je veux te respirer te vivre et vivre en toi
    Et croire qu'avant nous tout ça n'existait pas

     

    Nous deux nous méritons bien plus haut qu'une voûte
    Alors je t'ai trouvé une plaine sans routes
    Sans autres limites que les points cardinaux
    Et sans traces que celles de nos chevaux qui absorbent l'espace

     

    Au sommet d'une colline, j'allume une flamme
    Pour qu'on sache qu'un homme et une femme
    Fêteront sous la lune la nuit de l'origine
    Un sacrifice au bonheur de leurs âmes
    Au futur de leurs fils
    Ici les dieux s'adorent sans aucun artifice

     

    Je nous veux sans frontière sans limite et sans loi
    Je veux te respirer te vivre et vivre en toi
    Et croire qu'avant nous tout ça n'existait pas…

      

     

    DARAN


    1 commentaire
  •  

     

    Nous, nous n'avons pas de quoi nous inquiéter
    Parce qu'on a du feu et on brûle un je ne sais quoi
    Ils, ils vont nous voir depuis l'espace, l'espace
    Allume le, comme si on était les étoiles de la race humaine, race humaine

    Quand les lumières se sont éteintes, ils ne savent pas ce qu'ils ont entendu
    Craque l'allumette, monte le son, partage l'amour avec le monde entier
    On va lever nos mains, briller jusqu'au ciel
    Parce qu'on a du feu, feu, feu, ouais, on a le feu feu feu

    Et on va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler

    On ne veut pas partir, non, on va profiter de l'instant
    Et ce qu'on voit, c'est tout le monde sur la piste
    Devenir fou et se fondre dans la nuit
    La musique est allumée, je me réveille, on coupe le son et on le remonte
    Et c'est terminé maintenant, on a trouvé l'amour, plus aucun secret maintenant, non, plus de secrets maintenant

    Quand les lumières se sont éteintes, ils ne savent pas ce qu'ils ont entendu
    Craque l'allumette, monte le son, partage l'amour avec le monde entier
    On va lever nos mains, briller jusqu'au ciel
    Parce qu'on a du feu, feu, feu, ouais, on a le feu feu feu

    Et on va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler

    Quand les lumières se sont éteintes, ils ne savent pas ce qu'ils ont entendu
    Craque l'allumette, monte le son, partage l'amour avec le monde entier
    On va lever nos mains, briller jusqu'au ciel
    Parce-qu'on a du feu, feu, feu, ouais, on a le feu feu feu

    Et on va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler

    On peut l'allumer
    Pour qu'ils ne puissent plus l'éteindre
    On peut l'allumer
    Pour qu'ils ne puissent plus l'éteindre
    On peut l'allumer
    Pour qu'ils ne puissent plus l'éteindre
    On peut l'allumer
    Pour qu'ils ne puissent plus l'éteindre

    Quand les lumières se sont éteintes, ils ne savent pas ce qu'ils ont entendu
    Craque l'allumette, monte le son, partage l'amour avec le monde entier
    On va lever nos mains, briller jusqu'au ciel
    Parce qu'on a du feu, feu, feu, ouais, on a le feu feu feu

    Et on va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler
    On va le laisser brûler, brûler, brûler, brûler

    Quand les lumières se sont éteintes, ils ne savent pas ce qu'ils ont entendu
    Craque l'allumette, monte le son, partage l'amour avec le monde entier
    On va lever nos mains, briller jusqu'au ciel
    Parce qu'on a du feu, feu, feu, ouais, on a le feu feu feu

    Et on va le laisser brûler   
     
    Découvert grâce à Caroline BUREL
     

    votre commentaire
  •  

    Nous sommes nos propres pères
    Si jeunes et pourtant si vieux, ça me fait penser, tu sais
    Nous sommes nos propres mères
    Si jeunes et si sérieux, mais ça va changer
    On passe le temps à faire des plans pour le lendemain
    Pendant que le beau temps passe et nous laisse vide et incertain
    On perd trop de temps à suer et s'écorcher les mains
    A quoi ça sert si on n'est pas sure de voir demain
    A rien

     

    Alors on vit chaque jour comme le dernier
    Et vous feriez pareil si seulement vous saviez
    Combien de fois la fin du monde nous a frôlé
    Alors on vit chaque jour comme le dernier
    Parce qu'on vient de loin

     

    Quand les temps sont durs
    On se dit : "Pire que notre histoire n'existe pas"
    Et quand l'hiver perdure
    On se dit simplement que la chaleur nous reviendra
    Et c'est facile comme ça
    Jour après jour
    On voit combien tout est éphémère

     

    Alors même en amour
    J'aimerai chaque reine
    Comme si c'était la dernière
    L'air est trop lourd
    Quand on ne vit que sur des prières
    Moi je savoure chaque instant
    Bien avant que s'éteigne la lumière

     

    Alors on vit chaque jour comme le dernier
    Et vous feriez pareil si seulement vous saviez
    Combien de fois la fin du monde nous a frôlé
    Alors on vit chaque jour comme le dernier
    Parce qu'on vient de loin

     

    Jour après jour
    On voit combien tout est éphémère
    Alors vivons pendant qu'on peut encore le faire
    Mes chers

     

    Alors on vit chaque jour comme le dernier
    Et vous feriez pareil si seulement vous saviez
    Combien de fois la fin du monde nous a frôlé
    Alors on vit chaque jour comme le dernier
    Parce qu'on vient de loin

     

                                                                             Interprété par CORNEILLE

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     


    votre commentaire
  •  

    Il met de la magie, mine de rien , dans tout ce qu'il fait
    Il a le sourire facile, même pour les imbéciles
    Il s'amuse bien, il n'tombe jamais dans les pièges
    Il n'se laisse pas étourdir par les néons des manèges
    Il vit sa vie sans s'occuper des grimaces
    Que font autour de lui les poissons dans la nasse

     

    Il est libre Max ! Il est libre Max !
    Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler 

     

    Il travaille un p'tit peu quand son corps est d'accord
    Pour lui faut pas s'en faire, il sait doser son effort
    Dans l'panier de crabes, il n'joue pas les homards
    Il n'cherche pas à  tout prix à  faire des bulles dans la mare

     

    Il est libre Max ! Il est libre Max !
    Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler

     

    Il r'garde autour de lui avec les yeux de l'amour
    Avant qu't'aies rien pu dire, il t'aime déjà  au départ

    Il n' fait pas de bruit, il n' joue pas du tambour
    Mais la statue de marbre lui sourit dans la cour

     

    Il est libre Max ! Il est libre Max !
    Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler

     

    Et bien sûr toutes les filles lui font les yeux de velours
    Lui, pour leur faire plaisir, il leur raconte des histoires
    Il les emmène par-delà  les labours
    Chevaucher des licornes à  la tombée du soir

     

    Il est libre Max ! Il est libre Max !
    Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler 

     

    Comme il n'a pas d'argent pour faire le grand voyageur
    Il va souvent parler aux habitants de son cœur
    Qu'est-ce qu'ils s'racontent, c'est ça qu'il faudrait savoir
    Pour avoir comme lui autant d'amour dans le regard

     

    Il est libre Max ! Il est libre Max !
    Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler

     

                                                                 

                                                                   Interprété par Hervé Cristiani

     

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique