• Dans un vol de la compagnie British Airways, entre Johannesburg et  Londres.
    Une femme blanche, d'environ cinquante ans, prend place à côté d'un homme noir.
    Visiblement perturbée, elle appelle l'hôtesse de l'air.

    L'hôtesse :
    "Quel est votre problème, Madame ?"
    La femme blanche :
    "Mais vous ne le voyez donc pas ? Vous m'avez placée à côté d'un Noir. Je ne supporte pas de rester à côté d'un de ces êtres dégoûtants. Donnez-moi une autre place, s'il vous plaît !!".
    L'hôtesse :
    "Calmez-vous, presque toutes les places de ce vol sont prises. Je vais voir s'il reste une place disponible".

    L'hôtesse s'éloigne et revient quelques minutes plus tard ...

    L'hôtesse :
    " Madame, comme je le pensais, il n'y a plus aucune place libre dans la classe économique. Toutefois, nous avons encore une place en première classe".
    Avant que la dame puisse faire le moindre commentaire, l'hôtesse de l'air continue :

    "Il est tout à fait inhabituel dans notre compagnie de permettre à une personne  de classe économique de s'asseoir en première classe. Mais vu les circonstances, le commandant trouve qu'il serait scandaleux d'obliger quelqu'un à s'asseoir à côté d'une personne aussi répugnante ".

    L'hôtesse se tourne alors vers l'homme noir et lui dit :

    "Donc, Monsieur, si vous voulez bien prendre votre bagage à main, un siège vous attend en première classe...".


    undefined


    Le commentaire qui accompagnait ce texte que j'ai reçu par mail  (de Sylviane) affirmait que la scène aurait réellement eu lieu et que les passagers du vol auraient applaudi cette décision...



    10 commentaires
  •  


               Cher frère blanc,


    Quand je suis né, j'étais noir,
    Quand j'ai grandi, j'étais noir,
    Quand je vais au soleil, je suis noir,
    Quand j'ai peur, je suis noir,
    Quand je suis malade, je suis noir...
    Quand je mourrai, je serai noir....

    Tandis que toi, homme blanc....

    Quand tu es né tu étais rose,
    Quand tu as grandi, tu étais blanc,
    Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
    Quand tu as froid, tu es bleu,
    Quand tu as peur, tu es vert,
    Quand tu es malade, tu es jaune,
    Quand tu mourras, tu seras gris...

    Et après cela, tu as le toupet de m'appeler
    "Homme de COULEUR" !


                                                             Léopold Sédar SENGHOR


    undefined Merci à Odile qui a retrouvé l'auteur !  



    1 commentaire


  • Lire le 1er épisode
     
    Lire le 2e épisode 
      
    Lire le 3e épisode

     










    Le vent souffla aux oreilles de l'humain.

    " Bonjour, dit le vent.
    - Bonjour, dit l'humain.
    - Le moulin a perdu une pièce et il ne tourne plus. Que se passe-t-il ? Toi qui parles au soleil, à la terre et à l'eau, sais-tu quelque chose ?
    - Je sais que le temps passe et qu'avec lui la mémoire des Hommes s'envole. Je sais également que les éléments se déchaînent car l'humain n'a pas trouvé la clef pour libérer la vie.
    - A quoi ressemble cette clef ? Je peux essayer de la trouver pour toi ?
    - Merci, mais seuls les humains le peuvent. De cette clef dépend le devenir du monde que tu vois aujourd'hui. Le moulin a cessé de tourner quand le coeur des Hommes a cessé de battre. Ils prennent toute la place disponible, sans se souvenir d'où ils viennent et de qui ils sont.
    - Et que sont-ils ?
    - Ils sont comme toi, un engrenage parmi tous ls autres, qui relie la nature à elle-même et rend complète et équilibrée la vie."

    Le vent remercia et prit congé de l'humain.
    Il retourna près du moulin.

    " Ne sois pas triste, Moulin. J'ai parlé au soleil, à la terre, à l'eau et à l'Homme et tu n'y es pour rien. Tu n'as perdu aucune pièce, c'est l'humain qui a oublié qui il était. Le monde et toi tournerez rond à nouveau quand il se souviendra que son rôle est d'oeuvrer respectueusement, relié à tout ce qui est."

    En attendant ce jour, le moulin et le vent racontent aux oreilles attentives qui passent près d'eux une belle histoire d'un temps où l'homme et la terre étaient heureux ensemble... simplement.


     
    Gary ANDERSON, "Le moulin"
    Extrait de "Contes par-delà l'horizon"
      
    Editions pour penser à l'endroit 

    (Cliquez sur le titre ou sur l'éditeur pour plus d'infos)







                                                                                     

    11 commentaires


  • Lire le 1er épisode
     
    Lire le 2e épisode 
      

     










    Il se présenta à la terre.

    " Bonjour Terre, dit le vent.
    - Bonjour Vent, dit la terre.
    - Le moulin a perdu une pièce et il ne peut plus tourner. Que se passe-t-il ? Toi qui le portes, as-tu vu quelque chose ?
    - Je vois que les hommes se laissent aller et me négligent. Ils ont fait disparaître des morceaux d'herbe et de bois, les remplaçant par du goudron et du béton.
    - Mais pourquoi ?
    - Parce qu'ils se sont éloignés de moi en s'éloignant d'eux-mêmes. Ils m'ont oubliée comme ils s'oublient eux-mêmes.
    - Mais comment est-ce possible ?
    - Je ne sais pas, dit la terre. Demande à la pluie, peut-être en sait-elle davantage."

    Il trouva la pluie.

    " Bonjour Pluie, dit le vent.
    - Bonjour Vent, dit la pluie.
    - Le moulin a perdu une pièce et il ne peut plus tourner. Que se passe-t-il ? Toi qui voyages partout à travers le ciel et la terre, as-tu vu quelque chose ?
    - Je vois que les Etres humains ne dansent plus pour moi. Ils ne m'aiment plus, comme ils ne s'aiment plus eux-mêmes.
    - Mais pourquoi ?
    - Ils ont remplacé un morceau d'eux-mêmes par un morceau d'oubli.
    - Comment est-ce possible ?
    - Je ne sais pas, dit la pluie. Demande à l'humain, peut-être en sait-elle davantage ? "


                                                                                     ( A suivre...)





    6 commentaires

  • Lire le 1er épisode
        

     








    Le moulin était triste. Il était tellement heureux d'occuper pour l'homme une place aux côtés du vent, du soleil, de la terre et de l'eau, qu'il se sentait tout à coup bien inutile.

    " Pour moi, tu es toujours le même, et une pièce en plus ou en moins n'y change rien", dit le vent.

    Il voulait aider le moulin, aussi il parcourut le pays pour questionner le soleil, la terre et la pluie.


    " Bonjour Soleil, dit le vent.
    - Bonjour Vent, répondit le soleil.
    - Le moulin a perdu une pièce et il ne peut plus tourner. Que se passe-t-il ? Toi qui es si haut, as-tu vu quelque chose ?
    - Je vois qu'à présent les hommes ont peur de moi comme ils se méfient d'eux-mêmes.
    - Mais pourquoi ?
    - Ils ont enlevé un morceau de ciel qui les protégeait contre la trop grande chaleur de mes rayons.
    - Mais comment est-ce possible ?
    - Je ne sais pas, dit le soleil. Demande à la terre, peut-être en sait-elle davantage."



                                                                                              (A suivre) 


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique