•  

     

     

    Un grand général français de Napoléon Ier, du nom de La Varière, avait pris la décision d'attaquer l'ennemi, bien que ses troupes fussent largement inférieures en nombre.
    Il était sûr de vaincre, mais il sentait monter la peur chez ses hommes et voulut couper court à toute protestation.

     

    Sur un chemin de campagne, il s'arrêta devant une chapelle isolée et déclara à ses guerriers :
    "Je vais me recueillir et demander l'aide de Dieu. Ensuite, je jetterai cette pièce d'or que voici. Si la face de notre empereur apparaît, nous vaincrons, mais si c'est pile, nous perdrons. Ainsi, mes Grognards, nous sommes entre les mains du destin !"
    S'étant recueilli quelques instants, La Varière sortit du lieu et jeta une pièce. Napoléon apparut.

    Les soldats acclamèrent le destin et la troupe retrouva le moral.
    Convaincus d'être victorieux, les Grognards combattirent avec une si extraordinaire intrépidité qu'ils gagnèrent rapidement la bataille.

     

    Après la victoire, Vermont, l'aide de camp de La Varière lui dit :

    "Ah ! Mon général ! Personne ne peut donc changer le cours du Destin ! Cette victoire inespérée en est une nouvelle preuve.
    - Qui sait, mon bon Vermont, qui sait ?...", répondit La Varière en lui montrant la pièce d'or des deux côtés : face... et face.


    ................................................................

    "Le destin est plus fort que l'homme" :

    C'est ce que l'on entend souvent dire et c'est aussi la morale préféré de ceux qui renoncent dans la vie, ceux qui préfèrent marcher la tête basse et le dos courbé, parce qu'il est plus facile de se laisser aller que d'affronter les évènements.

    Le hasard existe et les maux qui accablent l'homme aussi.
    C'est un fait. Mais il ne faut pas y voir une intention particulière, un acharnement transcendant, une malédiction sur toute l'humanité.

    La ruse, l'intelligence, l'envie d'entreprendre, le courage ont un effet puissant sur l'ordre des choses. Et d'ailleurs,pourquoi faudrait-il croire qu'il y a un ordre des choses préétabli ?...

    ....................................................................

    "La volonté des hommes contrarie souvent la bonne volonté du destin."


                                      Tristan BERNARD

     

     

     

     

     

                                  Texte et commentaire reçus par mail de Christian GODEFROY

                                                                              http://www.club-positif.com/club-positif.com/

     

       


    2 commentaires




  • Un petit garçon ignorait encore ce qu'était l'écho.

    Un jour, alors qu'il joue dans une prairie près de chez lui, il crie :

    « Ho-hé ! »

    Immédiatement, il entend les mêmes mots se répéter dans le vallon tout proche.

    Croyant que quelqu'un s'y est caché, il demande d'un air étonné :

    « Qui est là ? »

    La voix mystérieuse répète aussitôt :

    « Qui est là ? »

    L'enfant s'écrie alors :

    « Tu es stupide ! »

    Et les mêmes mots lui sont aussitôt renvoyés par la même voix.

    Là-dessus, le petit se met en colère ; il apostrophe de plus en plus violemment cet inconnu qui se moque de lui.

    L'écho lui rend ses injures avec une fidélité parfaite. Hors de lui, l'enfant se dirige vers le vallon pour y dénicher l'insolent qu'il imagine s'être caché.
    Bien évidemment, il n'y trouve personne.

    Il court alors à la maison pour se plaindre à sa mère de ce qui lui est arrivé. Il lui
    raconte qu'un méchant garçon caché dans le vallon l'a insulté.

    Sa mère lui répond :

    « Tu as tort, car tu n'as entendu que l'écho de tes propres paroles. Si tu lui avais lancé une parole affectueuse, l'écho t'aurait répondu par une parole
    affectueuse aussi. Sache qu'il en ira de même dans ta vie...»




                                    D'après une histoire de A. van Hasselt
                                             (c) 2008 www.club-positif.com


    4 commentaires

  • Lire le 1er épisode
    Lire le 2e épisode  
      

     

     







    Elle se sentit transportée. Sous son regard étincelant, brillant d'une douce lumière, s'étendait à l'infini cet autre monde.

    La bougie était là.

    "Je t'attendais, lui dit-elle. Je savais que tu viendrais. Les autres bougies ne me croyaient pas, mais tu es là."

    L'allumette sentit son être s'enflammer. après l'avoir remercié, elle quitta son fin corps de bois et se posa délicatement sur la bougie. Elles s'unirent silencieusement dans le creux de la nuit. Elles brillèrent, joyeuses, l'instant d'un rêve à la saveur inconnue de toute éternité.

    Harmonie.

    Un nouveau matin courait sur le monde.
    Elles avaient disparu telles qu'elles étaient la veille.
    Elles s'étaient transformées.


    A présent, leur lumière luit dans le coeur de tous ceux qui sont inspirés.



    Gary ANDERSON, "L'allumette"
    Extrait de "Contes par-delà l'horizon"
      
    Editions pour penser à l'endroit 

    (Cliquez sur le titre ou sur l'éditeur pour plus d'infos)
    (Lire un autre conte extrait du même livre)








    12 commentaires



  • Lire le 1er épisode
        

     








    " Et où est-il ton autre monde ? S'il existe vraiment, tu dois pouvoir nous le montrer !

    - Mais à chaque fois qu'il se manifeste, vous fermez les yeux !

    - Sornettes ! Balivernes ! Cesse de nous importuner avec tes élucubrations ! "

    La petite allumette n'avait aucune autre preuve à leur apporter que le rayonnement de son amour et de sa foi.

    Elle pressentait que chaque allumette était bien plus qu'un simple morceau de bois.

    "Ouvrez les yeux ! Regardez  ! Pourquoi sommes-nous coiffées de la sorte ?
    -Notre coiffe sert à nous différencier les unes des autres. Tout le monde sait cela. Il n'y a rien d'autre à voir."

    La petite allumette resta fidèle aux murmures de son coeur bien que tout semble figé.
    Un jour, le temps se manifesta. La boîte s'ouvrit et l'aube tant attendue arriva.



                                                                                    (A suivre...)




    8 commentaires




  • Une petite allumette veillait en secret un instant magique.

    Celui de l'ouverture de la boîte où elle vivait, qui laissait entrevoir la fugace beauté d'une bougie blanche comme un ange. L'allumette voulait la rejoindre.

    Pour cela, elle demandait à la vie de la conduire jusqu'à elle ; ce qui incommodait fortement les autres allumettes qui considéraient que rester dans la boîte le plus longtemps possible était la meilleure chose qui soit. Et cela, malgré une vie faite d'obscurité nimbée de souffrances et de craintes. Elles espéraient que le hasard les épargne encore et encore jusqu'au jour fâcheux de leur inévitable mort.

    " Tu es folle! tu veux donc mourir ?, pensaient-elles.

    - Au contraire, je veux vivre ! Nous sommes ici pour nous transformer et éclairer un monde différent, bien plus vaste et bien plus beau que cette boîte rassurante faisant office de prison déguisée."


                                                                                (A suivre...)



    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique