•  

     

     

     

                          Ich wünsche dir Zeit  

     

     

       

    Ich wünsche dir nicht alle möglichen Gaben.
    Ich wünsche dir nur, was die meisten nicht haben:
    Ich wünsche dir Zeit, dich zu freun und zu lachen,
    und wenn du sie nützt, kannst du etwas draus machen.

       

    Ich wünsche dir Zeit für dein Tun und dein Denken,
    nicht nur für dich selbst, sondern auch zum Verschenken.
    Ich wünsche dir Zeit – nicht zum Hasten und Rennen,
    sondern die Zeit zum Zufriedenseinkönnen.

       

    Ich wünsche dir Zeit – nicht nur so zum Vertreiben.
    Ich wünsche, sie möge dir übrig bleiben
    als Zeit für das Staunen und Zeit für Vertraun,
    anstatt nach der Zeit auf der Uhr nur zu schaun.

       

    Ich wünsche dir Zeit, nach den Sternen zu greifen,
    und Zeit, um zu wachsen, das heißt, um zu reifen.
    Ich wünsche dir Zeit, neu zu hoffen, zu lieben.
    Es hat keinen Sinn, diese Zeit zu verschieben.

       

    Ich wünsche dir Zeit, zu dir selber zu finden,
    jeden Tag, jede Stunde als Glück zu empfinden.
    Ich wünsche dir Zeit, auch um Schuld zu vergeben.
    Ich wünsche dir: Zeit zu haben zum Leben !

       

                                                                                                Elli MICHLER

     

     

     

     

       

     

    Je ne te souhaite pas tous les dons possibles

    Je te souhaite seulement ce que la plupart ne possède pas :

    Je te souhaite du temps pour te réjouir et rire,

    Et si tu recours à ce temps, tu en tires un grand profit.

     

    Je te souhaite du temps pour ton action et pour ta pensée,

    pas seulement pour toi, mais aussi à offrir.

    Je te souhaite du temps, non pour te hâter et courir

    mais du temps pour être heureux

     

    Je te souhaite du temps - pas seulement à laisser filer

    Je souhaite qu'il t'en reste pour t'émerveiller et pour faire confiance

    plutôt que de passer ton temps à regarder l'heure sur ta montre.

     

    Je te souhaite du temps pour tendre la main vers les étoiles

    et du temps pour croître, autrement dit, pour mûrir.

    Je te souhaite du temps pour espérer et aimer à nouveau

    Il n'y a aucun sens à repousser ce temps-là...

     

    Je te souhaite du temps pour revenir vers toi et te trouver,

    Pour éprouver le bonheur de chaque jour, de chaque heure.

    Je te souhaite du temps pour pardonner

    Je te souhaite du temps pour vivre !

     

       

     

                                                                                                               Elli MICHLER

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    Tous les élèves entrèrent en classe. Les enfants de la classe de Pierrot attendirent sagement Madame Busart qui remplaçait toujours Monsieur Ansiau. Elle pénétra dans le local, s’assit et dit d’une voix forte : « Je n’admettrai aucun écart ; après ce début de journée particulièrement mouvementé, la moindre transgression à la loi sera sanctionnée. Monsieur Bernard, votre surveillant m’a raconté ce qui s’est exactement passé et il est certain que le coupable se trouve dans cette classe. J’exige qu’il avoue ou qu’un de ses camarades le dénonce. Le délateur sera bien sûr récompensé comme il se doit ! J’attends le nom du malfaiteur avant midi. Si, passé ce délai, personne ne m’a parlé, vous aurez des ennuis, je vous le promets ! Prenez votre cahier de devoirs. »

     

     

     

    Ce n’est qu’à ce moment-là que Pierrot se rendit compte qu’il avait laissé son cartable chez lui.

     

    - Pierrot, qu’ai-je demandé ? l’interrogea la directrice.

     

    - De prendre son cahier de devoirs, madame.

     

    - Eh bien ?

     

    - J’ai oublié mon cartable à la maison, madame.

     

    - Comment ? cria Madame Busart folle de rage. Comment ? Vous osez vous présenter ici sans votre cartable. Vous vous croyez où ? Au cinéma ? Espèce d’andouille, de misérable cancre. Vous allez me payer ça ! Vous serez puni ! Vous serez privé de récréation toute la semaine prochaine !

     

    - Mais, … madame …

     

    - Et en plus, vous protestez ! Vous osez m’interrompre ! Espèce d’animal nuisible, espèce de …

     

    « Gonfle, pensa Pierrot à cet instant, gonfle et cogne-toi la tête au plafond. »

     

     

     

    Pierrot n’écoutait plus les injures que la directrice continuait à formuler. Il se concentrait, sûr que ça allait marcher.

     

     

    Ce ne fut pas la voix de Madame Busart qui le tira de ses pensées mais le silence qui fit place tout à coup au vacarme. La directrice s’était arrêtée de hurler sentant que quelque chose d’étrange se passait. Tous les yeux de ces petits monstres étaient dirigés vers elle. Mais que se passait-il ? Que préparaient ces petits morveux ? Ils l’observaient avec étonnement, regardaient ses pieds. Elle se baissa, regarda vers le bas et, ce qu’elle vit l’horrifia ! Elle poussa un cri d’épouvante. Ses pieds ne touchaient plus le sol. Elle planait à quelques centimètres au-dessus du carrelage. Les enfants remarquèrent alors que la directrice devenait de plus en plus grosse. Elle fut bientôt aussi ronde qu’une mappemonde et tout aussi légère qu’un ballon car elle plana bien vite au-dessus des bancs. Elle hurlait, poussait des cris hystériques :

     

     

    « Au secours, à moi, à l’aide, je veux descendre ! ».

     

     

     

    Les enfants ne s’étaient jamais autant amusés. Pierrot et Jojo se jetaient des regards complices mais ne parlaient pas.

     

     

    Tout à coup, la grosse dame monta à une telle vitesse qu’elle alla se cogner la tête au plafond. Du plâtre se détacha et lui recouvrit les épaules.

     

    - Hourra, hourra, hurlaient les enfants.

     

    - A l’aide, à moi !, hurlait la montgolfière (...). "

     

     

     

     

    Philippe DESTERBECQ

    "L'étoile magique" 


     

    Si vous n'avez pas fini d'acheter vos cadeaux de Noël  (ou même si vous avez fini !!), je vous conseille d'offrir ou de vous (faire?) offrir le succulent livre dont vous venez de lire ce succulent passage... Toutes les infos sont sur le blog de son auteur : 

     

     http://philippedester.canalblog.com/archives/2011/10/26/22431462.html 

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    Le bonheur est un coup de dé, mais la bonne humeur est une discipline.

     

     

                                                                                                                Charles TRENET

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

    L'impossible recule devant celui qui avance.

     

                                                                                               Ella MAILLART

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Seigneur Jésus,

     

     

    continue à me donner,

    pour que je puisse partager.

     

    Continue à me pardonner,

    pour que je sache être indulgent.

      

    Continue à m'interpeller,

    pour que je ne m'enferme pas en moi-même.

     

    Continue à me demander,

    pour que je ne capitalise pas.

     

    Continue à me bousculer,

    pour que je ne m'installe pas.

     

    Et prends patience avec moi,

    pour que je ne me lasse pas de Te servir.

     

     

     

    Grégoire de Niazance (IVe siècle)

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique