• *Comment les arbres ont perdu la parole*

     

     

     

    Il fut un temps où les arbres, les plantes et les herbes étaient des êtres vivants.

    Oh, je sais, allez-vous me dire, ils le sont encore aujourd'hui.

    Eh bien non, ils survivent, certes, mais ils ne sont pas vivants. Autrefois, les branches étaient comme des antennes, les feuilles comme des milliers de  bouches. Les arbres écoutaient, les arbres parlaient. Ils étaient fiers, sauvages, libres. Ils traitaient d'égal à égal avec toutes les créatures vivantes. Même les hommes les respectaient. S'ils avaient besoin d'un peu de bois pour se chauffer, ils prenaient les branches mortes qui jonchaient le sol. S'ils avaient besoin d'un bout d'écorce, ils le demandaient poliment... et les arbres le leur donnaient en souriant.

     

     

    Mais un jour, les hommes en ont eu assez de demander la permission. Ils ne supportèrent plus d'avoir en face d'eux des êtres fiers, sauvages et libres. Ils voulurent les courber sous leurs lois. L'herbe pouvait bien pousser, mais pas sur leurs chemins. Les arbres pouvaient bien exister, mais à condition de leur donner des fruits à manger ou du bois pour se chauffer... sinon ils n'avaient qu'à disparaître pour faire un peu plus de place. Quant aux rochers, il fallait arrondir leurs angles.

     

     

    Petit à petit, à force de ne plus jamais demander la permission aux arbres, à force de ne plus les écouter, ceux-ci arrêtèrent tout simplement de parler. On oublia le sens de leur langage. Et l'homme finit par se persuader qu'ils étaient muets depuis la nuit des temps.

     

     

     

                                             Michel PIQUEMAL

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 18:24

    et oui peu à peu l'homme détruit cette nature veut récupérer du terrain pour bâtir mais cela peut engendrer bien des catastrophes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :