•  

     

     

     

     

     

     

    C'est sûr qu'avoir été vivant, c'est moins amusant que de l'être.

     

    Maxime LE FORESTIER

     

     

       

     

     

    Envoyer cette image comme carte virtuelle

    Envoyer une autre carte de la série "L'Homme aux Semelles de Vent"

    Envoyer une carte par thème

      

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  
     
     
    Une légende du désert raconte l’histoire d’un homme sur le point de changer d’oasis, qui chargeait ses bagages sur son chameau.
    Il empila les tapis, les ustensiles de cuisine, les malles de vêtements, et le chameau tint bon. Au moment de partir, l’homme se souvint d’une belle plume bleue que son père lui avait offerte.
    Il décida de l’emporter elle aussi et la posa sur la monture.
    A cet instant, l’animal s’effondra sous le poids et mourut.

    « Mon chameau n’a pas supporté le poids d’une plume », a sans doute pensé l’homme. Parfois, nous disons la même chose de notre prochain, sans comprendre que notre plaisanterie a peut-être été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la souffrance...

     

      

     

                                                                  Paulo COELHO, "Maktub"

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

       

     

     

    Si tu te sens fatigué
    Sur le point de pleurer
    Je peux te sauver
    Je peux t´aider
    Les temps sont durs
    Et les amis sont rares

     

    Comme un pont jeté sur l´eau trouble
    Tu me trouveras
    Comme un pont jeté sur l´eau trouble
    Tu me trouveras

     

    Quand tu n´en peux plus
    Perdu dans la rue
    Et quand la nuit revient
    Il faut m´appeller
    Je peux t´aider
    Quand tu ne vois
    Que peine autour de toi

     

    Comme un pont jeté sur l´eau trouble
    Tu me trouveras
    Comme un pont jeté sur l´eau trouble
    Tu me trouveras

     

    Poursuis ton chemin rassuré
    Le temps n´est plus très loin
    Ton étoile va briller
    Elle brille déjà
    Si tu veux de moi
    Je reste près de toi

     

    Comme un pont jeté sur l´eau trouble
    Tu me trouveras
    Comme un pont jeté sur l´eau trouble
    Tu me trouveras

     

     

     

                                                                            Nana MOUSKOURI

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     

     

      

    Ainsi, la meilleure façon d’aider quelqu’un est d’être branché à sa force, et à la force de la vie en général. Une personne souffrante a oublié la partie d’elle qui est en paix, elle ne croit plus en la joie. Elle n’a pas besoin qu’on lui rappelle qu’elle est souffrante… Elle a besoin que l’on voie ce qu’elle n’est plus capable de voir. (...)  Oh, et elle a besoin que l’on dégage nous-mêmes la paix à laquelle elle aspire, bien sûr… Ainsi, la dernière chose à faire pour l’aider est certainement de se faire violence.

     

    (...) Il n’est certes pas toujours évident de croire en son bonheur lorsqu’elle fait une grimace, ou d’être serein comme si on la savait comblée. Mais il reste que c’est la clé.

      

     

    Et d’ailleurs, je pense que c’est le plus beau cadeau que l’on puisse offrir à qui que ce soit, que la personne soit en difficulté ou non : voir ses rêves comme réels, comme inévitables. Porter l’énergie de ses visions en nous, en attendant qu’elles se concrétisent.

     

     

                                                                      Marie-Pier CHARRON

     

     

       

     

     

     

    Extrait de la lettre hebdomadaire de Marie-Pier CHARRON : "Matin magique"

    Une saine et rafraîchissante lecture dont je me délecte et que vous pouvez vous aussi recevoir gratuitement en cliquant ICI.

     

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires